The French Love Me Too.

This was a recent blog post on  Marc Bailey’s Photography Blog.  His daughters attended my workshop in Quebec last month, and took the time to wrtie a very in depth summary of  my presentation.  I cannot read French so if someone could tell me if this is a good review or if they were totally disgusted with my presentation  I would be greatly appreciated.  Althought I did understand the subject line haha.  Thanks Girls, it was great to have you there.  Check out their “kickass” work  it is truly inspiring  Marc Bailey Photography

AMES “KICKASS” HODGINS AND HIS “AWESOME” WORKSHOP

James Hodgins (www.http://www.hodginsphotography.com/) est un être d’une espèce particulière, il se dit de nature gênée, mais il a une énergie inépuisable (le séminaire a durée 12 heures !) et nous avons eu droit à au moins 10 “kickass” et “awesome” en moins d’une demi-heure. Vous vous doutez que ça réveille vite.

Site web

Nous avons débuté avec une matinée site web. Comme nous, James fait son site via wordpress, ce qui lui permet de le mettre à jour facilement et de n’importe quel ordinateur. Il fait 90 % de sa pub via internet. Il a insisté sur plusieurs petites choses importantes :

  1. Les prix et toutes les infos pertinentes aux clients doivent se retrouver sur le site afin d’éviter de perdre du temps et de faire perdre du temps à nos clients.
  2. BLOGGER TOUS LES JOURS (ou presque…) : Il est important de garder notre site web en vie et de donner le goût à nos clients et amis photographes d’y revenir souvent, même idéalement de s’inscrire à notre newsletter pour avoir toutes les mises à jour. Ce qui veut dire : “Kiki, pourquoi nous n’avons pas ça ?” et Kiki de répondre : “Ça s’en vient”…
  3. James parle non seulement À ses clients, mais DE ses clients sur son blog : les clients adorent avoir des feedback de leur séance. Les clients savent et s’attendent à avoir au moins une photo d’eux sur le blog de James quelques heures après la séance ou le mariage et ILS LE DEMANDENT ! James le fait très rapidement, comme ça il a tous les détails frais en mémoire.
  4. Ne pas oublier de “tagger” nos messages avec des infos pertinentes, même si redondantes afin de bien se placer sur Google. Mieux vaut tagger une photo de bébé : “Photographe Sherbrooke enfant et bébé” que seulement “photo de bébé”, “nom du client” ou pire “le no de fichier”. Penser aussi à tagger aussi le nom des endroits où sont prises les photos (nom de l’hôtel, etc)
  5. Plug-ins wordpress à tester : plug-in pour empêcher le clic-droit de souris; pour ajouter un watermark sur les images; plug-in subscribe to any afin que les visiteurs puissent partager nos messages via facebook, twitter, hotmail, etc; All-in-one SEO pack; plug-in wordpress qui empêche le clic-droit de souris (pas pour nous); WordPress Database backup (cela nous envoie un fichier zip chaque semaine); Feed Blitz ou feed burner afin que les visiteurs qui le désirent reçoivent nos messages directement dans leur boîte courriel (cela permet aussi de faire une banque d’adresses courriels). Je pensais mettre le fil RSS, mais je vais vérifier s’il permet de connaître les adresses courriels des abonnés.
  6. Lorsque l’on part en vacances, on peut préparer une liste de message et indiquer à wordpress de les publier à telle date et heure au lieu de les publier immédiatement
  7. Mettre des images pas trop lourdes sur le site : de 250ko à 500 ko

Mariages à la James

  • Attitude & Personnalité : James nous rappelle quelque chose que l’on oublie souvent ! Poser un mariage n’est pas un travail, ça doit être le fun. Si ça ne l’est pas, ça ne serait pas agréable pour les mariés pour une des journées les plus importantes de leur vie.
  • Choisir ses clients : Sélectionner des clients qui veulent VRAIMENT des photos et qui veulent vraiment NOS photos. Faire une pré-sélection au téléphone : demander depuis combien de temps ils sont ensemble, à quel hôtel aura lieu le mariage, ce qu’ils font dans la vie, s’ils ont vu notre site et notre liste de prix, s’ils aiment notre style, etc. Toujours rencontrer les mariés avant pour avoir si la chimie se fait bien et avoir une idée de qui ils sont. Ne pas avoir peur de refuser des mariages.
  • Garder les prix simples : James a une liste de prix très simple – 2 forfaits de mariage qui commencent à 3200 $ sans album.
  • DVD “Wedding Story”: Le “coeur” de ses mariages n’est pas l’album (comme c’est le cas pour la plupart des photographes), mais le diaporama DVD “Wedding Story”. Il photographie le mariage en pensant à ce produit final et il prend donc beaucoup de petits détails qui permettent de faire la transition d’un événement à l’autre durant la journée. Il prend soin de prendre une photo durant le mariage pour le “cover” du DVD (Julebox.com) et ajoute un générique au bas comme dans les affiches de film. La livraison du DVD se fait dans une pochette professionnelle et personnalisée.
  • Photos de couple avant le mariage : À la mode américaine, il offre un” ‘engagement session’ à tous les mariés. Il s’agit d’une séance de couple avant le mariage qui leur permet de mieux se connaître. Il en apprend ainsi davantage sur leur couple et eux sur lui. C’est l’occasion de savoir comment vont les préparatifs de mariage et de savoir si les mariés sont frivoles ou gênés et de savoir s’ils veulent des photos classiques ou éclatées, si la mariée est du genre à accepter de se coucher sur le dos avec sa robe ou non, etc. (Avant la séance, il s’assure de ce que veulent les mariés : s’ils ne veulent que le 8 x 10 inclus, il fera une séance assez courte, mais s’ils veulent une photo murale, il fera une plus longue séance).
  • Les photos prises lors de la séance d’engagement seront utilisées pour le Signature Book et les Tables Cards :

  • Signature book : Le livre de signature avec une ou des photos de la séance de couple et des pages vierges pour signer.
  • Tables Cards : Il fait des petites cartes photos qu’il fait distribuer sur les tables à la réception avec une des photos de l’engagement session et l’adresse de son site où seront mises les photos du mariage (ex : www.photomarbailey.com/datedumariage/). Les photos seront en ligne 2 semaines à 3 semaines après le mariage (en fait, une fois que les mariés les auront vu). Donc, entre-temps, il met une photo du mariage et un texte “à venir bientôt” avec un lien pour s’inscrire au blog. Il est futé ce James !
La journée du Mariage :

Ce qui m’a le plus frappé de la technique de James est le fait qu’il utilise DEUX appareils photos en même temps ! Il a constamment les deux appareils autour du cou (un avec un objectif 17-40mm et l’autre avec une 70-200). C’est génial : il peut facilement et rapidement varier ses cadrages et sa profondeur de champ. Mais il faut avoir une bonne BANDOUILLIÈRE pour faire ça. (Maman, une autre petite dépense pour tes filles adorées ?)

James shoot JPEG et non RAW. Ça a valu bien des jokes dans la journée. Comme flash, il utilise des SUN PACK 383 (mais aime aussi les Vivitar 285), des trepieds pour ses flashs (pocket wizard transceiver II + dedicated cord : www.paramountcords.com. L’énergie vient de batteries rechargeables.). Il shoot priorité ouverture (parce qu’il se fout de la vitesse, mais veut décider s’il aura ou non de la profondeur de champ) et exposition manuelle.

Éclairage Off-Camera Flash

Voici la fameuse méthode de photo de James avec le flash principal off-camera à l’extérieur :

  • Prendre une lecture de la lumière ambiante
  • Mettre le flash principal 1 stop de plus (James installe le flash très haut au dessus du sujet à + ou – 45 degrés). Plus la lumière est haute, plus il y a d’ombre dans la robe et plus c’est dramatique.
  • Il se sert souvent du soleil derrière le sujet pour faire le kicker.
  • Il met parfois un autre flash moins fort pour faire un fill light.
  • Caméra à la même ouverture que le flash principal
  • Cette technique n’est appropriée que pour quelques poses (2 ou 3 durant le mariage), mais elle est devenue sa marque de commerce. Elle est parfaite lorsque les mariés regardent dans deux direction opposées, lorsque la mariée est accotée près d’un mur et qu’elle regarde dans les airs, lorsqu’elle a des poses stylées, comme les deux mains sur les hanches, etc).

Post-processing des images :

LE CHOIX. Il ouvre ses images et les choisis immédiatement. Pas de taponnage. Pas d’étoiles. Rien de tout ça. Prendre des décisions et s’y tenir.

  • Dès qu’il a décidé s’il la garde ou non, il l’arrange tout de suite :
  • Cadrage, Ajustement du contraste et il foncit ou brûle presque toute la photo sauf les mariés.
  • Il ajoute un sharpen
  • Utilise le screen mode pour éclaicir l’image (permet de shooter sous-exposé sans le grain).
  • Il n’utilise plus beaucoup le liquify tool. Mais s’il le fait, c’est en mode “’shift pixels”. À tester.
  • Pâlir les yeux avec le dodge tool.
  • Il ajoute quelques actions de Craig Minelli et quelques textures http://struckdumb.deviantart.com/gallery/#Free-Stock-Textures
  • Il sauve dans un nouveau dossier : 8 x 12 @ 250 dpi (eh oui : encore en jpeg !). Ces fichiers sont ceux qui seront utilisés pour l’album et le DVD.
  • Des actions redimensionnent les photos pour les besoins futurs :
  • Une action resize en 72 dpi en 4 x 6 et ajoute un sloppy border et le logo (8 x 12 à 250 dpi) pour l’impression des 4 x 6 pour la boîte d’épreuves. C’est très joli.
  • Une action resize 5 x 7 à 72 dpi pour le slideshow (pour nous se serait 8 x 12)
  • Une action pour les iFiles (facebook, e-mail, iPod, etc). I-files : terme inventé par James pour désigner des fichiers de basse résolution pour envoyer par internet, mettre sur facebook ou sur des iPod, etc. (Lorsque les clients ont l’intention de mettre les photos sur facebook, il leur demande de les mettre dans un dossier appelé “James Hodgins Photography”).
  • Il donne un DVD des fichiers appelé “Digital Proof DVD” avec un “Reprint Release” qui permet aux mariés de faire des réimpressions des photos et qui leur suggère de venir le voir pour les agrandissements.
  • L’album : les mariés choisissent 100 images et lui en ajoute une vingtaine avant de les envoyer chez Peach Fuzz Design pour le montage. Les mariés doivent approuver le design avant l’impression de l’album. Voir ici pour se donner des idées : http://peachfuzzdesigns.com/
  • (Pour en savoir plus sur la méthode de James, aller voir Wedding Digital Workflow sur NoBS)

    Marketting :

    – Envoyer des dépêches de presse que l’on fait nous-mêmes aux journaux et télés locales (compétition, par exemple)
    – Écrire des articles pour des magazines.
    – Faire soi-même des PDF layouts pour des articles qui ne sont pas publiés.
    – Offrir de donner ses photos à des magazines, des sites web, etc. en demandant seulement de mettre son nom et un lien vers son site web.

    Diaporama DVD

    James utilise Pro Show Producer (il existe aussi Pro Show Gold, la version simplifiée). Il s’agit d’un progamme pour faire des diaporamas DVD de haute-qualité avec de la musique qu’on peut ajuster selon les séquences. Il est aussi possible de varier le temps d’affichage des photos et de mettre du texte.
    Comme les photographes le savent, Proshow n’est pas disponible pour les Mac. J’ai fait quelques recherches sur internet et il semble que l’alternative n’est pas iPhoto, mais bien iMovie. On peut ajouter plusieurs pistes sonores sur le nouveau iMovie 09 (jusqu’à 99), ce qui signifie qu’il est possible d’ajuster la musique selon les images. On grave ensuite le projet de film via iDVD.

    Il y a aussi un logiciel appelé Photo to Movie de lqgraphics.com qui semble prometteur ($50), mais que je n’ai pas vérifié encore.

    Et, bien sûr, il y a FINAL CUT (EXPRESS ou PRO). Logiciel professionnel de montage vidéo avec lequel on peut vraiment faire tout ce qu’on veux. Mais il est un peu complexe à apprendre au début.

      Idées de poses “à la James” :
    • Les préparatifs de la mariée :
      – Les cheveux et le maquillage doivent être faits, mais pas la robe.
      – Poser la robe avant près d’une fenêtre ou suspendue à un lustre, une porte, etc.
      – Chercher des détails significatifs (chien, chat, note sur le frigo, calendrier, etc.)
      – Il pose à la lumière ambiante disponible et demande à la mariée de s’approcher de la fenêtre. Parfois, il bounce un flash.
    • Une bonne idée de James : coucher la mariée sur le lit et la faire regarder à l’envers vers la caméra.
    • Le cortège des filles : James les fait marcher vers la caméra, très collées, les bras dans les airs et la démarche sexy.
    • Tous les membres du cortège doivent avoir lunettes de soleil et parapluie.
    • Les gars : (1) accotés au mur, les mains dans les poches avec des lunettes de soleil et les fait regarder au loin; (2) les gars en ligne, le marié plus avancé que les autres (3) prendre les détails des habits (4) les gars qui se prennent tous par les épaules et (5) la fameuse shot “Reservoir Dogs” où ils marchent tous très droit vers la caméra sans la regarder.
    • Cherche des escaliers, des graffitis, etc. Ça semble une mode très répandue dans le coin de Gatineau et de l’Ontario. Le studio d’Esther Campeau et de sa fille utilise aussi beaucoup les murs de grafittis de la ville.
    • Coucher la mariée sur le dos dans des escaliers, sur un banc, etc,
    • Walking shot : James est un maître des photos des mariés qui marchent vers lui. Il les décentrent souvent. Il a toujours DEUX appareils autour du cou (un avec un objectif 17-40mm et l’autre avec une 70-200) donc il peut prendre la marche compressée et grand angle lorsqu’ils se rapprochent.
    • Asseoir le marié dans un escalier style escalier de secours avec la fille assise en haut du gars et ses bras autour de son cou.
    • Le marié derrière la mariée qui la prend par la taille (debout).
    • Le marié assis avec le réflecteur sur les genoux et la mariée qui le prend par le cou en arrière.
    • Faire danser les mariés ! On oublie trop souvent ça !
    • LA SHOT “JAMES HODGINS” : La mariée couchée sur le dos dans des escaliers.
    • Cérémonie :
      – Demander à la mariée d’attendre dans la voiture
      – Église : shot avec une 85mm à 1.8 à 1600 iso. Shot en noir & blanc dans la caméra !!?
      – Il prend aussi deux appareils : une 40mm et une 85mm.
    • Le Gâteau : Flash en arrière pour le rim light, slow shutter speed pour avoir la lumière ambiante et cadrage décentré qui prend un peu de la salle.
    • La 1ère danse : il demande aux mariés de faire la première danse en entrant dans la salle plutôt qu’à la fin du repas. Tous les convives sont là et ont leur appareil photo, et ça permet au photographe d’avoir la danse. Il installe deux flash à 5.6 à chaque bout de la table d’honneur et pose les mariés lorsqu’ils passent devant un des flash. Il met un fill light sur la caméra.

    Recent Comments:

      None Found

    Related Posts with Thumbnails
    Share

    Tags:

    One Response to “The French Love Me Too.”

    1. Karen Coffman Says:

      In his first paragraph, the author says that you had a lot of energy and kept the enthusiasm during the entire workshop (12 hours). There was a lot of pertinent information given at the workshop accompanied by many ‘Kick ass’ and ‘awesome’ remarks. This was no sleepy time workshop.

      She lists the info, starting with the web program, but I figure you gathered that since half of the program language is in English.

      She posts the points made in regards to wedding photography. Number one, of most importance is to have fun and remember that this is a very special day for the couple. She said that she was most impressed with the fact that you had two cameras around your neck ready to use at any moment. This allowed you to change the frame or the type of photo very rapidly.

      She then talks about the use of flash. There is a lot of technical language that of course makes sense to every aspiring photographer, but, alas, to me, it is just gibberish. There is a lot about the position of the flash and the use of external flash and the sun and which poses to use the James ‘Signature’ method on.

      She then gives the processing notes, citing a lot of the programs used and the applications (more technical stuff).

      She states the different ideas for poses for the bride and groom. Very original and creative.

      All in all, she gives a detailed description of the workshop that she seemed to appreciate a lot. This is very interesting, and I’m glad the information is in French. I know very little about photography myself, but it sounds like you give one heck of a workshop. I think I should get myself a camera and sign up!

    Call Now ButtonCopy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.